Les trois Glorieuses
EAN13
9782262081775
ISBN
978-2-262-08177-5
Éditeur
Perrin
Date de publication
Nombre de pages
409
Dimensions
24 x 15,5 x 3,2 cm
Poids
630 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les trois Glorieuses

De

Perrin

Offres

Autre version disponible

Les "Trois glorieuses" démystifiées.
Depuis 1789 et après avoir vu se succéder huit régimes politiques et autant de Constitutions, la France de la Restauration croyait, depuis 1815, avoir touché au port. Apaisé, le pays commençait à jouir d'un réel bien-être : la Charte octroyée par Louis XVIII garantissait des libertés publiques rénovées ; l'économie connaissait une phase d'expansion sans précédent ; le royaume, ayant enfin pansé les plaies des guerres de l'Empire, avait retrouvé son premier rang en Europe et son influence dans le monde. Le nouveau roi, Charles X, monté sur le trône en 1824, alerte, généreux et séduisant, semblait promettre une ère de paix et de prospérité, que déjà la littérature romantique saluait avec enthousiasme. Puis, peu à peu, les choses se détraquèrent. Des vents mauvais commencèrent à souffler contre un gouvernement qui, outre quelques maladresses, resta aveugle aux forces montantes décidées à l'abattre, non en vue d'améliorer le sort des Français mais simplement pour prendre le pouvoir et en faire profiter un clan depuis longtemps à l'affût. C'est ainsi qu'instrumentalisé par celui-ci, le peuple de Paris, en trois journées d'émeute, les 26, 27 et 28 juillet 1830, renversa un trône que l'on croyait indestructible. Le nouveau régime, issu des barricades, eut à cœur de se justifier en édifiant la mythologie des " Trois glorieuses " afin de camoufler sa confiscation de la révolution. Le présent ouvrage apporte un éclairage original et souvent inattendu sur les événements de cette période, sur leurs causes profondes et sur leurs conséquences. Il décrypte les ressorts du remplacement d'une aristocratie traditionnelle et trop solidaire de son passé par une ploutocratie opportuniste et évolutive. Il tente enfin d'expliquer la permanence d'un certain " syndrome " révolutionnaire français, dont on remarquait encore les traces en mai 1968 ou, plus récemment, avec le soulèvement des " gilets jaunes ".
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Daniel de Montplaisir